La Rota Vicentina vue par Fabrice

Fabrice était accompagnateur de séjours au Portugal avant de devenir concepteur de voyages France et Europe pour Chamina il y a 15 ans. Il voue une véritable passion à ce pays qu’il visite plusieurs fois par an avec toujours le même enthousiasme. Il nous parle aujourd’hui de la Rota Vicentina, un sentier de GR inauguré en 2012 et qui traverse des territoires authentiques et des paysages d’exception.

Randonnée sur la Rota Vicentina / © B.C

QU’EST-CE QUE LA ROTA VICENTINA ET POURQUOI AS-TU CHOISI D’Y CRÉER DES SÉJOURS ?

Le Portugal est une destination authentique et à juste titre appréciée. Le climat y est ensoleillé et doux, propice à la randonnée. Au sud de Lisbonne, le chemin de Saint-Vincent offre une itinérance évidente : il permet de longer la côte atlantique dans une zone très préservée, protégée par le Parc naturel régional du sud-ouest Alentejo et Côte Vicentine, jusqu’au Cap Saint-Vincent à l’extrême sud-ouest du continent européen.

La côte alentejane / © B.C

Cerise sur le gâteau, les petits villages qui peuvent offrir « gîte et couverts » sont espacés de 15 à 22 km, soit une petite journée de marche ! Il existe deux variantes de la Rota Vicentina, le chemin historique qui passe par les terres et le chemin des pêcheurs qui longe le littoral, avec chacune leur ambiance et leurs paysages.

QUELS SONT LES PAYSAGES QUE L’ON RENCONTRE AU FIL DE LA RANDONNÉE ?

On n’est jamais bien loin de la côte et les points de vue sur l’océan sont nombreux. Il s’agit d’une côte diversifiée avec alternativement des dunes colorées, de grandes plages de sable blond ou de petites criques, des falaises de plus en plus hautes au fil du chemin, ou encore quelques petits ports ou estuaires de fleuves sauvages.

Le marquage de la Rota Vicentina / © B.C

Dans les terres, les collines sont couvertes de grandes plantations de chênes liège – n°1 mondial, le Portugal produit 52% du liège -, de prés dédiés à l’élevage, d’arbres fruitiers, de vignes, d’oliviers et de forêts de mimosas, chênes verts, pins et eucalyptus. Les villages sont blanchis à la chaux et le tour des fenêtres est peint, traditionnellement en bleu.

ON CONNAIT ASSEZ PEU L’ALENTEJO, PEUX-TU NOUS EN DIRE QUELQUES MOTS ?

L’Alentejo, qui signifie « au-delà du Tage », est la plus grande région Portugaise : elle s’étend de la rive sud du fleuve « Tejo » jusqu’à l’Algarve. Elle représente 1/3 de la surface du pays pour moins de 8% de sa population avec 24 habitants au km² ! C’est une région rurale et variée, terre à blé depuis l’époque romaine.

Le chemin historique / © B.C

La côte alentejane est la plus préservée du pays, une vraie côte sauvage… C’est une terre rêvée qui souhaite s’essayer à l’écotourisme, avec des hébergements authentiques et de qualité, et une ambiance toute particulière, hors du temps.

Campagne alentejane / © B.C

QUELQUES MOTS SUR LA GASTRONOMIE DE CETTE RÉGION DU PORTUGAL ?

La gastronomie reflète les terroirs de la région et la proximité de l’océan, offrant des saveurs entre terre et mer. On y élève le porc noir qu’on accommode en ragoût avec des palourdes, des pommes de terre et de la coriandre. La charcuterie, les fromages de brebis et les olives inaugurent le repas. Autre plat du terroir simple mais savoureux : les œufs brouillés aux asperges des bois. Sur la côte, une multitude de poissons frais sont servis grillés, tandis que le riz est cuisiné avec du poulpe. C’est une région viticole renommée comptant 8 AOC, aux cépages variés dont certains sont typiques du Portugal. Les vins blancs sont aromatiques, frais et harmonieux, alors que les rouges à la robe rubis ou grenat, s’avèrent riches et intenses.

© B.C

TON COUP DE CŒUR ?

En mai et juin, observer dès les premiers rayons de soleil les nombreuses cigognes qui quittent leur nid perché dans les falaises côtières. Elles y laissent leurs cigogneaux pour aller se ravitailler à quelques kilomètres dans les terres, dans les prés et zones humides. Elles y chassent petits rongeurs, vers de terre, batraciens, escargots et insectes, qu’elles rapportent à leur progéniture.

La côte vicentine est le seul endroit d’Europe où les cigognes nichent sur les falaises / © B.C

À quelques pas de là, un autre coup de cœur : les rencontres entre randonneurs ou jeunes surfeurs et vieux pêcheurs à la ligne qui semblent connaître chaque brèche dans les falaises pour ne prélever à l’océan que ce dont ils ont besoin.

Le chemin des pêcheurs / © B.C

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*