Les côtes italiennes vues par Julien

Julien, concepteur de nos séjours en Italie, nous parle aujourd’hui des côtes italiennes, idéales à découvrir au printemps grâce à leur climat doux et ensoleillé et leurs chemins moins fréquentés.

Y’a-t-il une Italie des côtes et une Italie intérieure ?

Avec près de 20 000 km² de son territoire dédiés aux Parcs Nationaux et espaces protégés, l’Italie possède une biodiversité exceptionnelle et très variée, qui diffère selon que l’on se trouve sur des sentiers côtiers, en plaine ou en montagne. Sur la côte, les randonnées se déroulent la plupart du temps en balcon au-dessus de la mer, au milieu des maquis, des vignes, des citronniers et autres arbres fruitiers.

didier-pradon-lipari
Voyage à Lipari © D. Pradon

Les villages portent la trace de leur ouverture vers la mer et du mélange des cultures qui s’y sont croisées au fil des siècles. On retrouve cette ambiance aussi bien au cœur du Parc National des Cinque Terre, que le long de la côte amalfitaine ou dans le Parc National de l’Archipel Toscan.

cuinque-terre_tilby-vattard
Randonnée à Cinque Terre © T. Vattard

Côté montagne, l’ambiance est toute autre. Certains villages à l’intérieur de l’Italie sont restés très attachés à des valeurs et une culture d’antan. Cela se ressent notamment dans les massifs des Dolomites ou du centre-est de la Sardaigne. Méditerranéen sur les côtes, le climat est continental à l’intérieur des terres, avec parfois de la neige en hiver.

Quels sont les paysages des côtes italiennes ?

Du nord au sud de l’Italie, entre les côtes continentales et les différentes îles et archipels, les paysages varient et les ambiances sont très différentes. Du côté des Cinque Terre, on évolue de villages colorés en villages colorés construits au milieu de cultures en terrasse.

tilby-manarola-village-cinq-terre
Manarola, Cinque Terre © T. Vattard

Plus au sud, on rejoint l’île d’Elbe (Parc National de l’Archipel Toscan) et son concentré de paysages méditerranéens. Du centre de l’île vers la côte, les sentiers nous emmènent des sommets sauvages aux criques aux multiples couleurs. La côte amalfitaine est l’une des plus belles côtes d’Europe, avec ses falaises abruptes qui plongent dans une mer bleu cobalt et son patrimoine exceptionnel. Et n’oublions pas les Éoliennes : l’une des destinations les plus dépaysante en Italie. Le volcanisme y joue un rôle important ; chacune des îles ayant sa propre identité.

didier-pradon-eoliennes-vulcano
Marche sur les volcans des îles Eoliennes © D. Pradon

La période idéale pour en profiter au maximum ?

L’avantage de l’Italie, c’est qu’il est possible de s’y rendre et d’en profiter à chaque saison. Les massifs montagneux sont à privilégier en été, notamment pour des raisons climatiques (ex : Dolomites), mais les sentiers côtiers sont praticables une bonne partie de l’année. Certaines régions seront plus agréables au printemps et à l’automne, telles que les Cinque Terre ou la côte amalfitaine : les températures sont moins chaudes et les chemins moins fréquentés, ce qui permet d’apprécier pleinement les trésors naturels et patrimoniaux que l’on découvre le long des chemins.

r-mezonnet-ile-elbe
L’île d’Elbe © Mezonnet

Ton coup de cœur ?

J’ai toujours aimé l’Italie pour sa culture, son histoire et son architecture, un triptyque omniprésent dans les grandes villes italiennes comme Florence, Naples ou Rome. Il est difficile de choisir ; mais si l’on parle en plus de randonnée et de gastronomie, j’ai réellement un faible pour la Sardaigne, pour son côté nature et dépaysant, un aspect primordial pour moi lorsque l’on voyage.

sardaigne_lemasson
Chemin côtier de Sardaigne © S. Lemasson

Les commentaires sont désactivés.