Interview de Valérie, propriétaire d’un gîte écotouristique dans le Jura

Valérie est accompagnatrice à pied et en VTT, monitrice de ski de fond depuis 1988, et propriétaire d’un gîte écotouristique dans le Haut-Jura. Active et passionnée, elle nous parle du Jura en connaisseuse avertie et nous donne envie de la rejoindre cet hiver.

Quelques mots sur toi ?

Je suis une passionnée de nature, j’ai pratiqué le ski de fond en compétition et j’ai évolué vers l’aspect randonnée hors-piste, en dehors des traces pour aller à la rencontre d’un autre monde, de la faune, de la flore et l’habitat. En fait j’ai la même pratique l’hiver que l’été, ce sont justes les moyens qui diffèrent : à ski, à pied, à VTT. J’ai travaillé dans un accueil montagnard en Suisse, puis j’ai eu l’opportunité de reprendre un chalet du club alpin. Cela a été très formateur puis avec mon associée on avait envie d’un hébergement plus engagé dans les grands espaces, le Jura était une évidence.

Ton gîte est un écogite, en quoi cela consiste-t-il ?

Notre gîte La Chandoline est un gîte en énergie renouvelable. La maison a 8 ans, cela fait 10 ans qu’on est à Lajoux. Il y a 10 ans construire un écogite en bois était une innovation. Travailler avec les entreprises locales nous tenait à cœur. Ce n’était pas évident, il a fallu beaucoup de bon sens et nous avons réactualisé des techniques anciennes comme la citerne de récupération d’eau de pluie ou comme le faîtage construit dans le sens du vent de la combe pour un déneigement naturel par le vent. Nous avons des panneaux solaires, un chauffage avec granulés de bois et un poêle à bois à inertie, nous utilisons des produits ménagers bios. Nous avons reçu le label Marque Parc Naturel Régional du Haut-Jura pour notre hébergement et nos activités.
Ecogite La Chandoline dans le Haut-Jura

Peux-tu nous parler du Jura ?

Nous sommes sur la partie sud du Jura, la plus haute en altitude, avec le plus de reliefs et la mieux enneigée, nous ne sommes pas loin des Alpes du Nord sur lesquelles on a des vues magnifiques. Nous sommes au sein du Parc Naturel Régional du Haut Jura qui est très actif pour la protection de la flore et de la faune notamment du grand tétra. Il apporte son soutien aux activités traditionnelles et porte une grande attention aux paysages pour que nous gardions les prés-bois. Dans le Jura on monte 300m de dénivelé et on a la vue sur toute la chaîne des Alpes.

Croise-t-on des animaux lors des randos en hiver ?

Oui les paysages sont ouverts donc il nous arrive de croiser des chamois, d’apercevoir un chevreuil, les cerfs reviennent aussi dans notre région. Plus rare mais on peut voir leurs traces : le blaireau, le renard, la marte, la fouine, l’hermine, le grand tétra et de manière exceptionnelle le lynx.
Un chamois dans le Jura en hiver

Comment sont tes pique-niques ?

Le midi on fait un feu dehors, on cuit nos saucisses, on fait une fondue dehors. Si la météo n’est pas bonne il y a des cabanes de bucherons ou des refuges. Mais je privilégie toujours de déjeuner à l’extérieur, j’ai des petits tapis mousse pour s’isoler de la neige. Et on se régale des spécialités locales.
Une fondue en randonnée dans le Jura

Retrouvez tous nos séjours au gîte La Chandoline :

En hiver
> Les hautes Combes Jurassiennes à raquettes 
> Jura, raquettes et stretching
> Hautes-Combes Jurassiennes à ski nordique

En été
> Hautes-Combes Jurassiennes et stretching
> Le Jura à vélo à assistance électrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*