La transhumance : l’appel de l’Aubrac

Avec l’arrivée du printemps, l’appel de la montagne résonne dans les étables des troupeaux de vaches d’Aubrac, impatients de retrouver l’herbe verte et les grands espaces des plateaux. Le désir de liberté et d’air frais grandissent, la transhumance approche.

La transhumance : une fête symbolisant le début de la belle saison dans le Massif central

La transhumance se déroule chaque année le dimanche le plus proche du 25 mai. Pour fêter cette montée dans les pâturages,  les vaches d’Aubrac sont parées de fleurs, de houx, de cloches ou encore de drapeaux. Le passage de ce cortège dans les villages attire un grand nombre de curieux et permet aux habitants et aux éleveurs de se rencontrer et à ces derniers de présenter avec passion leurs  bêtes.

©P. St Jean, vache d'Aubrac décorées
©P. St Jean, Vache d’Aubrac décorée

Le cortège est généralement suivi par des randonneurs souhaitant participer à cette fête et marcher au rythme des troupeaux. Les vaches connaissent le chemin de l’estive et deviennent des guides de choix pour découvrir l’Aubrac et son paysage à l’ambiance irlandaise.

©P. St Jean, Vache d'Aubrac durant la transhumance
©P. St Jean, Troupeau de vaches d’Aubrac durant la transhumance

Les burons, témoins d’activités ancestrales

Jusqu’à la fin des années 60, l’Aubrac était parsemé de burons (maisons de pierre) qui servaient aux buronniers (gardiens des troupeaux) de lieu de traite et de transformation du lait en fourme de Laguiole ou en tome destinée à la fabrication de l’aligot. La terre volcanique, l’herbe et la flore riche et parfumée des plateaux de l’Aubrac donne au fromage sa saveur. La durée de l’activité des burons correspondait au temps passé par les vaches dans l’Aubrac. Les conditions de vie rustiques, l’isolement imposé aux buronniers et le prix de fabrication ont entrainé la fermeture de la grande majorité d’entre eux.

©P. St Jean, buron dans l'Aubrac
©P. St Jean, Buron dans l’Aubrac

Aujourd’hui les burons, sauf de rares exceptions, ne pratiquent plus leur activité originelle. La coopérative fromagère Jeune Montagne de Laguiole créée en 1960 sert de grand buron pour tous les troupeaux et applique encore les techniques de production ancestrales pour fabriquer le Laguiole et respecter le cahier des charges de son A.O.C. reçue en 1961.

La fin des grands espaces, retour au chaud pour passer l’hiver

Après quatre mois de semi-liberté, les vaches  redescendront aux alentours du 13 octobre. Quatre mois qui auront permis aux éleveurs de faire la récolte du foin, nourriture principale des troupeaux pendant l’hiver.

©P. St Jean, Plateaux de l'Aubrac
©P. St Jean, Plateaux de l’Aubrac

Venez à la rencontre de ses troupeaux et des grands espaces des plateaux de l’Aubrac grâce à nos voyages :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*